du Périgord Vert à Paris

Les couteaux de Nontron s’exposent à Paris

« Extravagances – parures métiers d’art » au château...

7 septembre 2017 Commentaires (0) Événements

Noces de bois pour couteaux de Nontron

Nontron à Maison et Objet

Amarante, noyer… La Coutellerie Nontronnaise fait la part belle aux matières authentiques avec deux nouveaux couteaux exposés au Salon Maison et Objet à Villepinte Hall 5A — Stand R48 / S47 du 8 au 12 septembre 2017.

Raffinement exotique, élégance authentique… les deux nouveautés de la Coutellerie Nontronnaise s’exposent fièrement à Maison et Objet à Villepinte. Le plus vieux couteau de France se donne deux nouveaux visages avec ses deux modèles de la collection « Marqueterie ». Un mariage de bois pour le meilleur…

Couteau manche buis et bois d’amarante

couteaux Nontron bois amarante

Outre la coutellerie, le bois amarante est un bois précieux utilisé en ébénisterie et en lutherie.

Exotique et raffiné quand le manche en buis de ce couteau de Nontron se conclut sur un liseré couronnant une boule en bois amarante, élégamment authentique quand il s’achève sur un liseré sertissant une boule en bois de noyer. En résumé, le pliant à virole à lame feuille de sauge ne cesse de se renouveler. L’arbre est cultivé du détroit de Panama au centre du Brésil (Sao-Paulo). Il tire son nom de sa couleur « lumière ». En effet, c’est au sciage que le cœur de l’arbre à l’origine presque blanc va se teinter de ce beau pourpre tirant vers le violet caractéristique des fleurs de la plante qui donne son nom à la couleur : l’Amarante. Si donc le bois amarante n’a rien à voir avec la plante d’un point de vue botanique, il partage cette solidité dont son nom, qui veut dire immortalité en grec, se fait l’écho.

Couteau manche buis et noyer

 

couteau Nontron buis et noyer

Le monde médiéval connaissait déjà le noyer en ébénisterie. Il se révèle magnifique dans ce couteau de Nontron.

Le monde médiéval connaissait déjà le noyer en ébénisterie et comme colorant sous forme de brou de noix. Il était également recherché pour les vertus médicinales de son écorce et de ses feuilles dépuratives, antiscrofuleuses et antituberculeuse. De quoi mettre à mal la mauvaise réputation qui lui vient de son nom dérivé de Karya, autrement-dit les Kères, ces divinités infernales qui hantaient les champs de bataille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *